A Pierre,

C’est avec une grande tristesse que les membres du Centre National Ressource Déontologie Ethique ont appris récemment la disparition de leur Président, Pierre ROSE.
Pierre luttait courageusement depuis plusieurs mois contre une maladie qui finalement l’aura emporté. Malgré nos sollicitations, il s’était fait discret depuis quelques semaines. Nous en connaissons malheureusement maintenant la raison.
Jusqu’au bout il aura œuvré pour les causes qui l’ont toujours passionné ; professionnellement avec la santé de l’enfant en sa qualité de pédopsychiatre, très investi dans le réseau des CMPP qu’il aura contribué à constituer et la formation des jeunes professionnels de l’éducation spécialisée ; de manière militante avec son engagement dans le Centre National Ressource Déontologie Ethique qu’il présidait avec constance depuis de nombreuses années, le représentant au plus haut niveau. Son implication au Haut Conseil du Travail Social, notamment dans sa commission éthique était en effet des plus appréciée.
Pierre était aussi vice-président du Réseau National des communautés éducatives (RNCE) et c’est à ce titre qu’il était Président du CNRDE.
Homme passionné, la défense des valeurs humanistes, la laïcité, l’engagement professionnel éthique, le respect de l’autre, la vie associative militante constituaient pour Pierre une forme d’idéal dans lequel il s’investissait pleinement.
Eclairé et vif d’esprit, exigeant, parfois, il nous offrait maints terrains de discussions conceptuelles souvent passionnées mais toujours respectueuses et souvent soulignées par un humour que son grand sourire et ses yeux rieurs soutenaient.
L’ensemble des associations fondatrices du Centre National Ressource Déontologie Ethique souhaitait, par la présente, lui rendre un dernier hommage.
Pierre nous manquera, c’est un fait. En tant que Président, en tant qu’homme mais surtout en tant qu’ami.

Le conseil d’administration du Centre National Ressource Déontologie Ethique.

Nouvel avis du CNADE: Publication par une assistante familiale de photos d’un enfant confié sur les réseaux sociaux : place du parent et intérêt de l’enfant.

Au retour de vacances, une assistante familiale publie des photos de l’enfant qu’elle accueille sur sa page Facebook avec des commentaires témoignant du bien-être de ce dernier. L’enfant a partagé avec sa mère ces photos après avoir enregistré la page sur son portable. Cette dernière a réagi violement en accusant le service d’accueil familial de « vol de son enfant ».

D’un point de vue formel, cette situation pose la question du droit à la vie privée et du droit à l’image, ainsi que celles du secret professionnel et de la protection des mineurs. En outre elle nous conduit à interroger :

  • l’alliance nécessaire et difficile entre parents et service d’accueil
  • la façon d’associer les parents aux décisions à prendre dans le cadre d’un service de protection de l’enfance et le respect de leurs droits
  • l’intérêt de l’enfant et le soin porté au respect de ses besoins fondamentaux, notamment besoin d’identité et besoin d’estime et de valorisation de soi énoncés dans la démarche de consensus remise par le Docteur Marie-Paule MARTIN-BLACHAIS en date du 28 février 2017.

Le CNADE affirme l’importance de la construction d’un album de vie permettant à l’enfant l’appropriation de son histoire. Cet album est l’occasion d’associer les parents dans une action de co-éducation. Ceci devrait être une opportunité tant pour l’enfant, que pour ses parents et les professionnels de proposer une image plus positive de chacun, en entrant dans une logique possible de désaccords féconds qui permette d’éviter à l’institution d’être vécue comme écrasante par un parent déjà en difficulté.

L’objectif d’un placement en famille d’accueil est d’offrir à un enfant confié la vie la plus « ordinaire » possible afin qu’il puisse se construire au sein d’une communauté d’humains. La triade parent-enfant-service tissera ainsi, à plusieurs voix, l’histoire de l’enfant à partir de commentaires sur les photos proposés par le parent, l’enfant ou l’assistant familial.

Lire l’avis complet