Publié le :

13 Fév
2024

Nos Rubriques

Haut Conseil du Travail Social Paris, le 30 janvier 2024 – Séance plénière

Cette plénière constitue la première rencontre proposée depuis la remise du Livre Blanc par Mathieu Klein, Président du HCTS à Madame Aurore Bergé le 5 décembre dernier.
La Ministre des Solidarités était alors entourée d’Olivier Dussopt, Ministre du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion, de Stanislas Guérini, Ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, de Fadila Khattabi, Ministre déléguée auprès de la Ministre des Solidarités et des Familles, chargée des Personnes handicapées et de Charlotte Caubel, Secrétaire d’État chargée de l’Enfance. Un parterre porteur d’espoir quant à la prise en compte du travail effectué par les membres du HCTS.
Mais nous connaissons tous l’incertitude d’un avenir gouvernemental. Le dernier remaniement ministériel, quelques semaines après cette remise, ne nous a ôté aucun doute sur le sujet mais ne manque pas, de plus, d’engendrer de sérieuses inquiétudes quant à l’avenir d’un travail très attendu par les acteurs de terrain et unanimement salué pour sa justesse et sa qualité. Nous nous attarderons peu sur les constats que confirme ce Livre Blanc mais il est néanmoins utile de rappeler son propos introductif qui cite « un état d’urgence » et « l’ampleur inédite de la crise des recrutements et de la crise de sens qui touche le secteur du travail social ». Nous rappellerons surtout les espoirs forts qu’il soulève à travers les 14 recommandations émises [1].
Une grande partie de cette séance plénière a donc été consacrée à dégager les lignes d’une stratégie propice à confirmer la volonté du HCTS et de ses membres, d’aboutir à ce que les préconisations émises soient travaillées au sein des ministères et trouvent un épilogue heureux.
C’est d’ailleurs ce que laissait espérer le communiqué de presse du Ministère du Travail du 5 décembre 2023 : « Les métiers du médicosocial, représentant ces « métiers du lien et de l’accompagnement », méritent d’être mieux reconnus, mieux valorisés et mieux rémunérés. L’attractivité des métiers du travail social appelle des réponses fortes. Santé au travail, valorisation des métiers et amélioration de leurs conditions d’exercice, développement des compétences : nous portons des actions pour mieux protéger et mieux reconnaître les travailleurs sociaux, qui œuvrent à l’inclusion de tous dans notre modèle social. » [2]
Face à l’urgence et aux besoins criants exprimés par les travailleurs sociaux et médico-sociaux, afin de ne pas perdre un temps précieux et de replacer, dès à présent, notre Livre Blanc au cœur des préoccupations gouvernementales, Mathieu Klein a, d’ores et déjà, demandé un rendez-vous à Madame Catherine Vautrin, nouvelle Ministre du Travail, de la Santé et des Solidarités. Par ailleurs, il présentera le Livre Blanc devant la Commission des Affaires Sociales de l’Assemblée Nationale le 28 février prochain.
Peut-être, le fait de n’avoir maintenant qu’un seul ministère comme interlocuteur participera-t-il à fluidifier et à accélérer le travail autour des recommandations faites ? Souhaitons-le !
L’idée première est de demander au gouvernement une feuille de route en réponse, à ce que le Livre Blanc recommande.
Pour ce qui concerne la continuité de notre action au sein du HCTS et de ses commissions de travail, un comité de suivi est en cours de constitution pour veiller à la prise en compte et à l’évolution des différentes recommandations, à partir d’un ordre de priorité qu’il nous faut élaborer rapidement.
Portés par l’implication particulière que nous avons eue au nom du CNRDE et du CNADE, aux côtés de nos collègues eux aussi largement investis, nous pensons que ce long travail accompli engage un réel espoir d’amélioration de l’avenir des professionnel(le)s) de l’action sociale. Il fait également naître l’espoir d’un retour du secteur à sa culture originelle du « care », de « l’aller vers l’autre », en préconisant de s’éloigner de l’esprit technocratique et purement gestionnaire marqueur de ces 20 dernières années.
Aujourd’hui, plus que jamais, chacune de nos fédérations, associations, … membres du CNRDE a une responsabilité dans la diffusion, la promotion et le rayonnement de ce Livre Blanc et doit rester attentive et réactive à ses effets.
Il s’agit, maintenant, pour notre gouvernement, de s‘emparer pleinement de ce travail et de prendre un engagement sur l’avenir face aux nombreux défis auxquels le travail social doit et devra faire face.
Ignorer, minorer ou freiner cet engagement à prendre, conduirait clairement à poser la question de l’utilité même du Haut Conseil du Travail Social. Au-delà, c’est la valeur et l’utilité du travail social qui sont mises en cause : un travail social fondé sur des repères éthiques et sur des valeurs humanistes fortes qui sont le socle de notre société ; un travail social fondé sur le droit, sur les droits et sur des valeurs républicaines. Sans travailleurs sociaux, que deviendront les enfants de cette république ?

Yanick Boulet – Président du CNRDE et membre du Haut Conseil du Travail Social
Christine Nieuwjaer – Vice-Présidente du CNRDE et membre de la Commission Ethique et Déontologie du Travail Social

________________________________________
[1] Livre Blanc, pp. 14-18 – « Recommandations », 5 décembre 2023.
[2] Secrétariat presse et communication, Communiqué de presse du 5 décembre 2023, Ministère du Travail, du Plein emploi et de l’Insertion,
Cabinet de M. Olivier Dussopt.

b
Références
Publié le :
Source :